Test Guardians of the Galaxy - The Telltale Series

Publié le par
PS4

Le prolifique studio Telltale Games continue sur sa lancée de sortir deux à trois jeux par an avec la mise en ligne du premier épisode des Gardiens de la Galaxie de Marvel. L’américain s'étant spécialisé, avec succès, dans les jeux d'aventure morcelés, il réutilise ses (vieilles) ficelles pour nous transporter dans une histoire inédite aux côtés de Star-Lord, Gamora, Drax, Rocket et Groot. Gameplay famélique, graphismes cartoon et prises de décisions. On connaît la chanson.

« Je s’appelle Groot »

Alors que nous pensions que le jeu vidéo officiel des Gardiens de la Galaxie servirait de tremplin au second film prévu pour 25 avril dans les salles obscures, le titre de Telltale est une production originale davantage basée sur les comics que sur les longs métrages. Pour preuve, les membres de l'équipe ne reprennent ni l'apparence physique ni les voix des acteurs (Chris Pratt, Zoé Saldana, David Bautista, Vin Diesel, Bradley Cooper) et le character-design est beaucoup plus fidèle à la bande dessinée. Ainsi les contours des yeux de Gamora retrouvent leur jaune original, les tatouages de Drax sont sphériques (et non iconographiques) et Star-Lord a bien moins de charisme qu'au cinoche. Les différences sont moins perceptibles sur les designs de Rocket et Groot pour d'évidentes raisons. Ce premier épisode introduit notre fine équipe de hors-la-loi durant une mission de sauvetage d'une flotte de Nova attaquée par le terrible Thanos. Le Némésis des prochains films Avengers est sur le point de mettre la main sur un étrange artefact de pouvoir quand nous intervenons. Une relique qui attirera la convoitise d'autres vilains durant la saison.


Le jeu nous place principalement dans la peau de Star-Lord, l'humain de la bande, même s'il arrive que nous incarnions les autres membres de la team le temps d'un QTE. Comme les autres productions de la boîte, le gameplay reprend la recette qui a fait le succès des séries Telltale : de nombreuses cinématiques entrecoupées de décisions à prendre ou de réponses à donner en fonction de quatre possibilités (le silence étant un des choix), des quick time events durant les scènes d'action où il faut presser une touche ou une direction, et de rares moments de liberté artificielle durant lesquels on arpente des zones cerclées de murs invisibles pour inspecter les lieux. Le côté science-fiction de la licence autorise quelques vols avec des bottes à réaction pour plus de verticalité et l'utilisation d'un sonar temporel faisant apparaître en hologramme des événements passés. Le gros du jeu sera surtout fait de choix en évitant si possible d'effleurer les sensibilités de chacun. En bon leader, Peter doit régulièrement prendre position pour des personnages au détriment des autres. La mention « untel s'en souviendra » en haut de l'écran indique que cette réponse aura, potentiellement, des répercussions sur la suite des événements. S'il est encore trop tôt pour savoir si les conséquences iront jusqu'à changer la fin du jeu, on voit en revanche immédiatement qu'elles modifient les dialogues et les expressions faciales des protagonistes. A part Groot (encore que), les gars ont tous une personnalité bien tranchée et conserver un certain équilibre dans vos relations avec eux tient du miracle. Il faudra sans doute casser quelques œufs pour faire une omelette au bout d'un moment. Notez que ce volet a recours au système Crowd Play où vos amis connectés peuvent voter pour un choix de réponse à donner.

Thanos s’en souviendra

A l'instar des autres productions telles que The Walking Dead ou Tales from the Borderlands, le jeu tient la route grâce à la qualité d'écriture de ses personnages, de sa trame ainsi qu'au talent des acteurs. Le casting regorge de pointures : Scott Porter (The Walking Dead : The Telltale Series) en Star-Lord, Emily O'Brien (Middle Earth : Shadow of Mordor) en Gamora, Nolan North (la série Uncharted) en Rocket, Brandon Paul Eells (Watch_Dogs) en Drax et Adam Harrington (The Wolf Among Us) en Groot pour un résultat très professionnel et immersif. Les sous-titres français sont directement incorporés pour une meilleure compréhension sans avoir à attendre un patch comme aux débuts du studio. Le walkman du héros diffuse une musique d'ambiance décontractée dès le menu d'introduction et à certains moments « cool » de l'intrigue, dans l'esprit du film. Enfin, la durée de vie de l'épisode flirte avec les deux heures, ce qui promet une saison aux alentours de la dizaine comme d'habitude. Le moteur maison si décrié répond encore présent avec son aliasing un peu trop visible et quelques rares petits freezes lors d'un micro-chargement in-game. Rien de dommageable sur une PS4 Pro dotée du mode Boost.

L'épisode 1 est en vente à 6,49€ tout de même (et sera sans doute gratuit dans quelques mois) mais le season pass en ligne est disponible pour seulement 23,9€. Un prix inférieur à la troisième marche des morts par exemple. Ceux qui ont encore du mal avec le tout numérique (les 26 % de résistants) croiront tomber sur une alternative en trouvant en rayon le jeu en boite à partir du 4 mai, mais ils l'auront dans l'os quand ils comprendront que le season pass disc ne contient que le premier chapitre et que les autres seront à télécharger comme tout le monde. Une démarche commerciale qui tient du non-sens puisque les frileux de la carte bancaire peuvent déjà acheter des cartes prépayées pour régler leurs achats tandis que les collectionneurs veulent avoir une version boite complète et pas 1/5 de l'expérience bonne pour la poubelle si les serveurs ferment un jour (souvenez-vous de P.T). A bon entendeur.

Notre verdict

On aime

  • L’esprit des Gardiens préservé
  • L’ambiance à la cool
  • Sous-titré en français
  • La saison entière pour 23,99€

On n'aime pas

  • Stop aux season pass dics !
  • On aurait préféré les acteurs des films
  • Gameplay sans surprise pour les fidèles
  • L’attente entre les épisodes

Le premier épisode des Gardiens de la Galaxie vu par Telltale Games remplit son contrat en installant une intrigue suffisamment intéressante pour nous donner envie de poursuivre l’expérience. Les personnages disposant d’un background largement exposé dans les comics et les films sont logiquement profonds et les doubleurs professionnels leurs donnent vie avec talent. Niveau gameplay, la recette est la même depuis 2012 alors vous devez déjà savoir si vous adhérez au concept du pilotage automatique ou si vous détestez qu'on vous prenne la main.

Note finale : 7 / 10
Les commentaires
Le
Genre il est déjà sous titré FR ? :D
Enfin bon les telltale, il suffit d'attendre quelques mois pour vite voir le season pass se réduire. Je vais attendre.
Le
Moi c'est surtout que j'aime pas attendre un mois entre chaque épisode. Généralement j'attends que la saison soit terminée pour la commencer.

Jeux concernés

Publicité

pub_sony pub_cg