Test Skylar & Plux : Adventure on Clover Island

Publié le par
PS4

Développé par Right Nice Games pour Grip Digital, le jeu de plateforme / action Skylar & Plux : Adventure on Clover Island est disponible depuis le vendredi 19 mai sur PlayStation 4, Xbox One et PC pour 14,99€. Mettant en scène un nouveau duo d'animaux, ce titre haut en couleurs lorgnant du côté des célèbres Ratchet & Clank devrait se trouver une place de choix sur les supports de Microsoft faute de concurrence sérieuse. Qu'en est-il sur PlayStation 4 où siègent déjà les mascottes d'Insomniac Games ?

A Plux dans le bus

Sorte d'humanoïde à tête de chat, Skylar Lynxe semble être captive sur une station orbitale tournant autour de Clover Island. Elle parvient à s'échapper et à écraser sa navette sur l'île-planète du dessous où elle fera la rencontre de Plux Owlsley, une espèce de chouette portant des lunettes d'aviateur. Ensemble ils devront combattre l'invasion d'écrans CRT agressifs (des moniteurs d'ordinateur) et libérer le peuple de ce petit coin de paradis. C'est ce qu'on suppose au regard des dessins fixes de l'introduction puisque le jeu est entièrement en anglais (textes et voix) au grand dam des plus jeunes qui ne comprendraient rien à la langue de Shakespeare et à qui cette production est pourtant destinée. Ce synopsis, la formation d'un duo improbable et même les décors colorés vus sur d'autres planètes rappelleront forcément des choses aux joueurs ayant déjà testé un épisode de la célèbre série Ratchet & Clank. Du hit des californiens d'Insomniac Games on retrouve également une série d'attaques avec le bras mécanique de Skylar identique au combo à la clé à molette de Ratchet, l'attaque puissante au sol qui brise des caisses, le grappin énergétique pour franchir des gouffres ou encore les fragments à collecter par centaines comme aimantés par notre personnage à l'image des boulons. L'hommage paraît évident pour le plus grand plaisir des joueurs PC et Xbox One qui n'ont pas la chance de pouvoir goûter au lombax, et même pour les possesseurs de PS4 en manque de leur épisode annuel.

Le principe de Skylar & Plux : Adventure on Clover Island est tout simple : nous devons traverser les trois zones de Clover Island afin d'obtenir les trois sphères d'énergie qui débloqueront l'accès au redoutable boss cathodique en pulvérisant au passage des écrans voraces. Et tant que nous sommes sur le chemin, nous pouvons partir à la recherche de petits prisonniers à libérer de leurs cages en échange de 100 fragments récupérés dans les décors et les caisses. Les bougres sont parfois bien planqués et ouvrir les 51 cellules du jeu demande un instinct de fouineur. Une carte plus détaillée aurait été la bienvenue pour retrouver ses petits par la suite via les téléporteurs. En contrepartie, délivrer des otages est récompensé par l'obtention de cœurs additionnels pour notre barre de vie. La difficulté accessible du titre rend cette quête secondaire quasiment dispensable à moins de vouloir débloquer des trophées (pas de platine à signaler ici), mais elle a au moins le mérite de nous faire voir du pays. Après les plages tropicales du hub principal, les décors nous enverrons sur des pics enneigés, un désert aride et une grotte volcanique transformée en usine. Les environnements abattent la carte de la variété à défaut d'être extrêmement détaillés. Le jeu a beau tourner sous Unreal Engine, des détails supplémentaires comme des traces de pas dans le sable et la neige, des ombres portées en temps réel ou une faune un peu plus présente n'auraient pas été du luxe. Mais outre ces absences d’autres lacunes techniques trahissent le budget limité de cette production : aliasing sur les arêtes des décors, ralentissements sur la fin du jeu, bugs de collision et même plantages peuvent vous tomber dessus. Et on ne parle pas non plus de l'animation rigide par petits bonds de notre héroïne, comparable à un athlète qui prend son élan avant de faire un saut en longueur (ah si, on vient de le faire).

Vanilla Sky(lar)

En plus de son grappin d'énergie, la tigresse acquerra durant son parcours trois gadgets fort pratiques pour avancer : un bon vieux jet pack pour prolonger ses sauts en planant (Plux ne remplit même pas cette fonction !), un orbe temporel capable de ralentir le temps et un gantelet magnétique pour manipuler le métal à la Magnéto. Ces deux derniers items serviront à résoudre des petits puzzles à base de restauration des décors passés ou d'orientation de lasers en déplaçant des miroirs. Des petites coupures « réflexion » bienvenues entre deux doubles sauts et trois tabassages de machines. En dehors des armes délirantes totalement absentes ici, Skylar & Plux emprunte toutes les bonnes choses du duo d'Insomniac Games : des décors colorés, cartoonesques, variés, des gadgets pratiques donnant lieu à des puzzles, des passages de plateforme classiques et une bonne dose d'action contre des grille-pains en surnombre. Dans l'ensemble la sauce prend et, comme une marque de distributeur d'un produit alimentaire, elle a à peu près le goût du produit original sans en avoir l’aura. L'illusion se fracture malheureusement trop rapidement et à peine 2h49 après l'introduction c'est le générique de fin qui défile devant nous. Une durée de vie lilliputienne pour un titre vendu à 14,99€ même s'il est possible de le chopper pour 9,74€ jusqu'au 3 juin sur le PlayStation Store. A moins de dix euros l'hésitation est permise si vous êtes (vraiment) en manque, mais cela ne remplacera pas bien longtemps le produit original.


Notre verdict

On aime

  • Des décors chaleureux et variés
  • L’utilisation des gadgets
  • Moins de dix euros au lancement
  • Une honnête copie de Rachet & Clank

On n'aime pas

  • En anglais (tant pis pour les gosses)
  • Plié en moins de trois heures
  • Il faudrait une carte détaillée des lieux
  • Les héros sans charisme
  • Des soucis techniques (animations, bugs, plantage, frame rate)
  • Préférez-lui Ratchet & Clank

Skylar & Plux : Adventure on Clover Island s'avère être une bonne petite surprise dans la mesure où elle s'inspire largement - pour ne pas dire copie purement et simplement –  la série Ratchet & Clank, à l'exception de la partie armurerie restée au placard. L'exploration de zones variées, colorées et dépaysantes fait plaisir, d'autant qu'elles mixent plateforme, action et réflexion avec un certain équilibre. Dommage que la barrière de la langue le prive d'une partie de son public (les plus jeunes) et que le plaisir soit de si courte durée parce qu'on en aurait voulu encore à ce prix-là. En l'absence du duo d'Insomniac Games cette année (sauf surprise), cet ersatz fera un bon palliatif même s'il est loin d'égaler son modèle.

Note finale : 6 / 10
Les commentaires
Le
Outch, beaucoup trop court... Je vais attendre les soldes PSN pour celui la.
Le
Dommage parce que c'était sympathique comme tout. Il est à 9.74 euros en ce moment, c'est un prix honnête déjà.
Le
Vincent a écrit :
sam. 20 mai 2017 07:48
Dommage parce que c'était sympathique comme tout. Il est à 9.74 euros en ce moment, c'est un prix honnête déjà.
Ouais c'est bien l'impression que j'en ai ressorti du test donc ca m'a donné envie. Mais pas motivé à faire un effort pour un jeu aussi court !

Jeux concernés

Publicité