Test God of War

Publié le par
PS4

Forcément touchés par les critiques formulées à l’encontre de God of War : Ascension sorti sur PS3 il y a cinq ans, les développeurs du studio Sony de Santa Monica ont déclenché leur rage spartiate et décidé de revoir leur copie de fond en comble pour l’arrivée de la franchise sur PS4. La nouvelle formule des aventures de Kratos pioche allègrement chez la concurrence pour offrir une expérience plus variée que par le passé, mais n’en oublie pas pour autant le cœur de son gameplay à savoir des combats ultra-nerveux contre des ennemis toujours plus impressionnants. Ajoutez à cela un scénario bien ficelé qui nous plonge au cœur de la mythologie nordique et un rendu qui en met plein la vue, et vous obtenez un nouvel incontournable du jeu vidéo !

Autant mettre tout de suite les choses au point, cet article fera l’impasse sur plusieurs aspects importants de ce nouveau God of War afin de préserver votre plaisir de la découverte lorsque vous vous lancerez la semaine prochaine dans les nouvelles aventures de Kratos : s’il est logique et habituel que nous ne fassions aucune révélation sur les différents rebondissements scénaristiques, sachez que nous tairons aussi certains éléments de gameplay qui ne peuvent réellement s’apprécier que pad en main. Vous voilà prévenus !

Une histoire de famille

Au cas où vous auriez fait l’impasse sur les dernières actualités du jeu, au point de ne même pas lire nos premières impressions à son sujet, il n’est peut-être pas inutile d’indiquer que l’aventure qui vous attend n’implique par uniquement Kratos mais aussi son fils Atreus : la femme du premier et mère du second vient de mourir, et le duo décide de respecter ses dernières volontés en allant disperser ses cendres sur le plus haut sommet du royaume. L’occasion pour les développeurs de mettre de côté l’habituelle scène d’ouverture à grand spectacle, et d’opter à la place pour une séquence plus intime, plus mélancolique, puisque vous commencerez par préparer le bûcher de celle qui vient de vous quitter : des premières minutes poignantes durant lesquelles on comprend que Kratos et Atreus ne sont pas aussi proches qu’ils le devraient, le fantôme de Sparte se comportant plus comme un chef que comme un père envers le jeune garçon.

Vous l’aurez deviné le périple qu’ils s’apprêtent à accomplir leur permettra de mieux se comprendre et même de se rapprocher, plusieurs dialogues et cut-scenes venant illustrer l’évolution de leurs sentiments l’un envers l’autre. Difficile de ne pas penser à The Last of Us et à Joel et Ellie dans cette relation qui se développe entre Kratos et Atreus, même si le petit dernier du Santa Monica Studio fait peut-être un peu moins dans la finesse que le jeu de Naughty Dog sur cet aspect : il faut dire que le passé ultra-violent de notre cher Kratos ne l’incite pas à la douceur, même s’il semble avoir décidé de l’oublier en s’installant à Midgard et en le cachant à son fils.

Evidemment le chemin du dernier hommage de notre duo père/fils à sa femme et mère sera semé d’embûches, les divinités nordiques ne semblant pas plus clémentes envers Kratos que leurs homologues grecques. Le périple emmènera nos deux voyageurs aux confins de Midgard et même au-delà, les obligeant à traverser bien d’autres environnements que la forêt enneigée où ils vivaient jusque-là.

Un monde plus ouvert

Alors que nous doutions il y a quelques semaines de la nature ouverte du monde du jeu après avoir découvert ses trois premières heures, nos craintes se sont rapidement envolées une fois la version finale en main : les développeurs avaient volontairement coupé la version preview du jeu au moment de découvrir sa véritable structure, et on peut désormais affirmer que la promesse d’une plus grande liberté dans votre progression a bel et bien été tenue. Attention toutefois, vous n’évoluerez pas exactement ici dans un unique et immense monde ouvert, mais plutôt dans différentes zones plus ou moins grandes et ouvertes connectées à un hub central : pensez Dark Souls ou Darksiders plutôt que Far Cry 5 ou Horizon : Zero Dawn.


Si la quête principale de Kratos et Atreus vous occupera à elle seule une bonne vingtaine d’heures, de nombreuses missions annexes à la difficulté parfois relevée (nous y reviendrons) et des défis vous permettront de doubler la donne. Ils vous pousseront aussi bien à explorer les moindres recoins du gigantesque monde proposé qu’à approfondir votre maîtrise de l’art du combat.

Des affrontements dantesques

Puisqu’il tente d’oublier son passé, Kratos a logiquement abandonné ses Lames du Chaos mais reste redoutable au combat avec sa hache Léviathan : éminemment efficace au corps à corps (R1 pour les coups rapides, R2 pour les coups puissants), elle peut aussi être lancée sur les ennemis (L2 pour viser, R1/R2 pour lancer) puis rappelée (Triangle) pour poursuivre l’assaut. Lorsqu’elle n’est plus dans les mains de Kratos, celui-ci peut utiliser ses poings nus pour matraquer ses adversaires, ce qui lui permettra de les étourdir puis de les achever (R3) de manière aussi brutale que spectaculaire. Notre dieu de la guerre peut aussi compter sur son bouclier du Gardien (L1) pour parer les attaques, certaines pouvant être contrées avec le bon timing alors que d’autres sont inévitables : il sera alors temps de recourir à l’esquive (Croix) pour ne pas voir sa barre de vie se réduire comme peau de chagrin. Bien sûr la terrible rage spartiate est aussi de la partie, déclenchable en appuyant simultanément sur L3 et R3 une fois la jauge correspondante remplie.

Si les premiers affrontements se contentent d’opposer Kratos à un ou deux ennemis peu dangereux, les choses se corsent rapidement par la suite avec l’apparition d’adversaires multiples autrement plus coriaces. C’est là qu’Atreus intervient avec son arc (Carré) qui peut non seulement occasionner des dégâts (modestes au départ) à ses cibles mais surtout stopper leur attaque en cours : une manœuvre salvatrice lorsqu’un ennemi bien costaud s’apprête à achever Kratos d’une attaque sauvage ! Petite subtilité, le garçon ne peut pas tirer en continu et doit patienter quelques secondes lorsque son carquois est vide avant de reprendre son soutien. Il peut aussi tomber au combat, auquel cas vous devrez aussi patienter un court instant avant qu’il ne puisse vous aider à nouveau.


Côté bestiaire vous croiserez la route de créatures extrêmement variées dans leur forme comme dans leur taille ou dans leur équipement. Les draug’r, sorcières, golems et autres créatures au nom imprononçable feront tout ce qu’il faut pour envoyer ad patres avec leurs armes blanches et leurs jets de glace, feu ou poison, et chacun nécessitera de comprendre son schéma d’attaque et ses faiblesses pour en disposer le plus rapidement possible. Une méthode qui s’applique bien sûr aussi aux boss du jeu, que l’on aurait à vrai dire souhaité un peu plus nombreux mais qui sauront vous en faire baver y compris sur le niveau de difficulté par défaut.

A ce sujet, sachez que le jeu dispose de quatre niveaux de difficulté : Histoire si vous voulez découvrir l’aventure sans trop lutter au combat, Expérience équilibrée pour une opposition digne de ce nom, Défi pour commencer à souffrir, et God of War pour les masochistes. A noter que si vous optez pour ce dernier choix, vous ne pourrez plus modifier la difficulté en cours de partie et serez obligé d’en recommencer une pour vous faciliter la vie : on ne saurait trop vous conseiller de faire un premier run en Expérience équilibrée ou en Défi avant de tenter le diable ! Précisons aussi que les commandes sont configurables, et qu’il est tout à fait possible d’utiliser les boutons colorés de la DualShock 4 plutôt que ses gâchettes pour porter des coups.

Une dose de RPG supplémentaire

Si la série nous avait jusqu’ici habitués à débloquer de nouveaux talents pour Kratos en dépensant des orbes rouges, elle change ici son fusil d’épaule avec des points d’expérience gagnés au combat et en accomplissant certaines des taches annexes évoquées plus haut. La hache, le bouclier et l’arc disposent chacun d’un arbre de compétences sur lequel dépenser ces points afin d’obtenir de nouveaux mouvements. Petite subtilité, il faudra peu à peu faire monter de niveau ces équipements pour avoir accès à toutes les compétences, ce qui vous obligera à glaner des ressources et de l’argent dans les coffres cachés un peu partout avant de vous rendre chez les nains forgerons : une sorte de système de crafting light qui s’intègre naturellement aux autres systèmes du jeu.

Plus fort, le nouveau God of War reprend l’une des idées popularisées par Destiny avec l’existence de pièces d’équipement de différents niveaux symbolisés par un code couleur : vert (commun), bleu (rare), violet (légendaire) et jaune (épique). Vous trouverez certains de ces équipements dans les coffres mentionnés plus haut, mais pourrez aussi les faire fabriquer par les nains pour peu que vous ayez rassemblé les ressources nécessaires. Là encore un système de niveau existe grâce auquel vous pourrez par la suite améliorer les différents objets.

Dans la pratique, vous pourrez ainsi équiper Kratos d’une protection pour le torse, les avant-bras et la taille, et Atreus d’une armure. Chaque pièce pourra recevoir des enchantements améliorant ses capacités et augmentant par la même occasion les statistiques de Kratos (HP, force, runes, défense, vitalité, chance et récupération). Les armes elles aussi peuvent être customisées avec des runes octroyant des attaques spéciales (L1+R1/R2) bien utiles mais nécessitant un temps de rechargement.

Un peu de réflexion

Histoire de faire retomber la pression entre deux combats acharnés, les développeurs ont eu la bonne idée d’ajouter de nombreux puzzles à l’aventure. Certains sont intégrés dans la progression de l’aventure principale, mais d’autres plus élaborés devront être résolus justement pour pouvoir obtenir les ressources permettant de forger les meilleurs équipements du jeu : un passage obligé si vous envisagez de relever tous les défis optionnels évoqués plus haut, certains imposant un vrai challenge y compris dans le mode de difficulté par défaut !

Sans trop en dire sur ces phases de réflexion, sachez qu’elles vous obligeront à utiliser les différentes capacités de Kratos et Atreus à bon escient. La hache peut par exemple être lancée sur un mécanisme pour le bloquer, tandis que les flèches d’Atreus peuvent créer ou débloquer un passage vous permettant de progresser vers votre objectif.

Une maîtrise technique impressionnante

Outre son histoire bien ficelée servie par des cinématiques de grande qualité et un doublage en français impeccable (les voix anglaises originales sont tout de même disponibles pour les inconditionnels), God of War séduit par sa prestation graphique de toute beauté. On avait déjà évoqué l’incroyable souci du détail des développeurs dans notre preview des trois premières heures du jeu, mais celui-ci est à vrai dire perceptible du début à la fin de l’aventure : modélisation des environnements et des personnages, qualité des textures, éclairages, tout est là pour vous en mettre plein les yeux, et qui plus est avec fluidité. A ce sujet sachez que les possesseurs d’une PlayStation 4 Pro pourront choisir entre les modes Résolution et Performance pour privilégier la finesse ou la vitesse de l’affichage.

Avec sa caméra dans le dos relativement proche de Kratos, en particulier si l’on compare aux précédents opus qui donnaient une vue d’ensemble bien plus large, beaucoup craignaient que les combats soient inutilement compliqués, en particulier pour repérer les attaques venant de l’arrière. Heureusement les développeurs ont inclus un système de flèches d’alerte signalant qu’un adversaire s’apprête à donner un coup dans votre dos, ce qui vous permet de l’éviter ou de faire volte-face pour le parer. Après une vingtaine d’heures de jeu force est d’admettre que le système fonctionne bien, même s’il arrive de ne plus vraiment savoir à quel indicateur se fier lorsqu’on est entouré d’une petite dizaine d’ennemis.


Toujours au rayon technique sachez que vous vivrez l’aventure sans temps de chargement une fois celle-ci lancée, ou du moins sans véritable écran de chargement : le voyage rapide qui vous permet de passer d’un lieu à un autre du monde se fait en effet pad en main, mais il a un peu de mal à nous faire oublier ce qu’il se passe réellement dans les entrailles de la console !

Terminons avec un mot sur la bande son, elle aussi magnifique, qui vous prend aux tripes dès la séquence d’ouverture et ne vous lâche plus jusqu’au générique de fin.

Notre verdict

On aime

  • Des combats toujours aussi jouissifs
  • Les puzzles bien trouvés
  • La réalisation à tomber
  • L’histoire principale accrocheuse
  • De nombreuses missions annexes
  • Une durée de vie monstrueuse

On n'aime pas

  • On aurait aimé affronter plus de boss
  • La caméra rapprochée nuit parfois à la lisibilité des affrontements
  • Le voyage rapide pas si rapide que ça

Difficile de dire tout le bien que nous pensons de ce nouveau God of War sans trahir quelques-uns de ses secrets les mieux gardés qui vous feront immanquablement frémir lorsque vous les vivrez pad en main. Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, nous nous contenterons donc de saluer sa structure plus ouverte que par le passé, son contenu extrêmement bien fourni, son scénario accrocheur, et évidemment son gameplay aux petits oignons et sa réalisation somptueuse. Puisque nous avons choisi de rester vague sur de nombreux aspects importants du jeu afin de ne pas vous gâcher la surprise de la découverte, il vous faudra patienter jusqu’au 20 avril prochain pour vraiment comprendre la note attribuée à la dernière production du Santa Monica Studio : vous pouvez toutefois nous croire sur parole lorsque nous affirmons que le voyage de Kratos et Atreus restera dans les mémoires des joueurs !

Note finale : 10 / 10
Les commentaires
Le
Yeah merci !
Le
Ça fait foutrement envie.
Le
La semaine va être longue :cry:
Le
Bon ben je vais poser une journée de repos le 20 pour me faire quelques heures d’affilée
Ace

Ace

Le
LOL je ris d'avance si tu l'as preco sur internet. :o
Le
non je vais le chercher
Le
Le Rouge a écrit :
jeu. 12 avr. 2018 21:01
Bon ben je vais poser une journée de repos le 20 pour me faire quelques heures d’affilée
Bienvenu dans la team 😎
Ace

Ace

Le
Il n'a pas de 4k HDR :o

Jeux concernés

Publicité